•  

    La leishmaniose

     

    Fait partie des maladies parasitaires du chien.

    Nous vous avions parlé des vers du chien, les puces, les tiques

    Aujourd'hui, nous vous parlons de cette maladie qui sévit en France surtout dans le sud est, sud ouest et l'ardèche. Cette maladie est transmise par la piqûre d'un moustique, le phlébotome. C'est une zoonose, maladie commune à l'homme et aux chiens.

     

     

    Quels sont les signes de la maladie ?

    C'est une maladie d'évolution lente dans la plupart des cas, parfois très grave chez le chien. Tous les chiens piqués par le moustique ne développent heureusement pas la maladie ! Certains chiens sont prédisposés et il semble que certaines races ou certains individus autochtones soient naturellement protégés contre la maladie (ils hébergent le parasite sans être malades). Le moment d'apparition des symptômes est très variable d'un chien à l'autre (de un mois à 6 ans après la piqûre). Ce protozoaire parasite les cellules de différents organes. Il est à l'origine de dommages multiples dans ces différents organes (foie, peau, rate, ganglion, rein).

    De ce fait, les symptômes de cette maladie dépendent de la localisation du parasite dans l'organisme du chien. Ils peuvent apparaître simultanément ou séparément, ce qui rend le diagnostic d'autant plus difficile.


    Les symptômes essentiels de cette maladie
    • Un amaigrissement progressif du chien des problèmes cutanées.
    • Des problèemes cutannés
    • Des saignements de nez plus ou moins fréquents et souvent impressionnants
    • Des ongles anormalement longs
    • Les ganglions, le foie et la rate qui augmentent de taille.
    D'autres symptômes sont plus occasionnels

    • La fièvre (pas toujours présente)
    • Une atteinte des yeux: les parasites peuvent également entraîner une inflammation des structures de l'œil (kétaro-conjonctivite, uvéite). Elle se manifeste par un œil rouge, larmoyant, douloureux, avec des écoulements.
    • Une atteinte rénale, qui peut être très grave et souvent irréversible. Elle se manifeste par une augmentation de la prise de boisson et par conséquent le chien urine plus et plus souvent.

    On dort dans la maison la nuit ! Pas de risque de piqûre !


    Le diagnostic

    Le vétérinaire va suspecter la leishmaniose lors de la présence de plusieurs symptômes essentiels et à condition que le chien vive ou ait séjourné dans les régions à risque. Ce diagnostic est parfois difficile car les signes de la maladie sont très variés et parfois discrets. Plusieurs examens sanguins (sérologie, électrophorèse des protéines) permettent de confirmer le diagnostic. Dans certains cas complexes, des analyses de la peau (calques, biopsies), de moelle osseuse ou des ganglions permettent de mettre en évidence le parasite.


    Le pronostic de la leishmaniose

    Le pronostic est toujours réservé car le traitement est long, pas toujours bien supporté par le chien et pas toujours efficace. Le traitement permet de faire disparaître les symptômes mais ne détruit pas tous les parasites présents dans l'organisme du chien. Les rechutes sont donc possibles. Si le chien malade présente une atteinte rénale, le pronostic est mauvais car les lésions rénales sont irréversibles.


    Le traitement de la leishmaniose

    Il existe un traitement spécifique pour cette maladie qui est réalisé sous forme d'injections. La durée et la fréquence du traitement est variable d'un chien à l'autre. Il dure souvent très longtemps (12 mois minimum et parfois à vie). Ce traitement est parfois mal supporté par le chien et doit être interrompu.
    Le chien doit être suivi régulièrement par le vétérinaire traitant car les récidives sont fréquentes.
    La présence d'une atteinte rénale est de très mauvaise augure généralement, car les lésions rénales sont irréversibles.


    Comment se prémunir de cette maladie

    Si vous vivez dans une région où la maladie sévit ou si vous devez y séjourner, il est important de garder votre chien enfermé dès le crépuscule. En effet, les moustiques qui transmettent la maladie (phlébotomes) sont actifs à la tombée de la nuit, surtout pendant la saison chaude. Cette précaution limite les risques de piqûres. La lutte contre les moustiques par des bombes ou des diffuseurs, ainsi que l'utilisation de moustiquaires permet également de les éviter.

    Ouf ! chez nous il y a rarement des moustiques ! Plutôt des mouches !


    13 commentaires
  • kit "strawberry time" d'Azur


    Ces derniers jours, la météo est caniculaire, bien que nous vous avions donné quelques conseils ici. Aujourd'hui, nous appronfondissons plus les risques du coup de chaleur pour le chien.

    Autrement appelé congestion cérébrale, le coup de chaleur est lié à un oedème cérébral consécutif à une défaillance des mécanismes de régulation de la température interne. Il s’agit d’une affection grave, brutale, pouvant entraîner la mort de l’animal en l’absence de prise en charge rapide. Ce type d’accident grave arrive le plus souvent l’été, alors que le chien est laissé dans la voiture, même à l’ombre.


    A quoi est du le coup de chaleur ?


    Contrairement à ce qui se passe chez l’Homme, la régulation de la température interne ou thermorégulation chez le chien ne se règle pas par transpiration et échanges thermiques au niveau de la peau. Le chien tolère moins bien la chaleur, et ne peut transpirer qu’au niveau des pieds (il ne possède pas de glandes sudoripares !). Il va surtout utiliser sa ventilation respiratoire, en haletant, pour diminuer sa température interne. Lors de fortes chaleurs, ce mécanisme est insuffisant, et le chien « surchauffe ». Le système circulatoire sanguin est alors perturbé, et le cerveau va commencer à souffrir de ces perturbations. Si la température ne baisse pas rapidement, un processus inexorable se met en place conduisant rapidement au coma puis à la mort.


    Comment se manifeste un coup de chaleur ?


    Lorsque la chaleur corporelle augmente, le chien commence par haleter. Cette hyperventilation s’accélère, mais diminue l’oxygénation tissulaire et notamment au niveau du cerveau, onnote alors une cyanose des muqueuses (couleurs bleue violacée de la langue et des babines). L’animal devient hagard, hébété, semble ne plus percevoir ce qui se passe dans son environnement. La température interne normalement de 38,3°C peut monter à 40,
    voire 41°C. Des pertes d’équilibre sont alors courantes. Puis un oedème cérébral entrainant un coma va s’installer, et le choc thermique va évoluer rapidement vers la mort, en quelques minutes.



    Comment prévenir le coup de chaleur ?


    Le coup de chaleur arrive le plus souvent aux périodes chaudes de l’année,le plus souvent lorsque le chien est confiné notamment dans un véhicule en stationnement, même à l’ombre fenêtre entrouverte. Il faut également être vigilant lors des trajets si le chien est installé dans le coffre, à l’arrière de la voiture ou s’installe sur la plage arrière : les systèmes de climatisation des véhicules ne donnent pas forcément une température homogène dans l’ensemble de l’habitacle. Certaines races sont encore plus sensibles au coup de chaleur : ce sont les chiens brachycéphales (= « à face courte »), comme les bouledogues anglais et français, le King Charles, le boxer, le saint-bernard, le dogue de Bordeaux, etc. Les chiots, les chiens âgés, ceux atteints d’insuffisance cardiaque, et les chiens en surpoids sont plus exposés.


    Quels sont les premiers gestes à faire ?


    Dans un premier temps, il s’agit de faire chuter la température interne. On utilisera pour cela des linges trempés d’eau froide (20°C) ( et non brutalement un jet d'eau glaçé) qu’on placera sur le chien, en particulier autour du cou et de la tête. Il faudra veiller à mettre calmement le chien à l’ombre, dans un lieu bien aéré, et à l’installer « en sphinx », en étirant la tête en avant pour faciliter la respiration. L’utilisation de ventilateurs peut permettre l’accélérer la diminution de la température interne. Si les symptômes sont plus sévères (ou en cas de doute), avec des troubles de la démarche ou de la vigilance, le chien commence à être victime d’un oedème cérébral. Il faut rapidement contacter le vétérinaire et se rendre à la clinique en urgence pour que l’équipe soignante se préparera à agir immédiatement dès votre arrivée.
    Durant le trajet, on veillera à faciliter la respiration de l’animal dans la voiture. Certaines complications comme une coagulation du sang dans les vaisseaux peuvent être rapidement fatales si elles ne sont pas traitées rapidement. A votre arrivée, l’équipe vétérinaire mettra en oeuvre un traitement adapté à la sévérité du coup de chaleur.



    Comment éviter que votre animal ne souffre d'un coup de chaleur ?


    Lors des journées de forte chaleur, veillez à ce que votre chien ne reste pas trop longtemps au soleil, et à lui pulvériser de l’eau sur le pelage à l’aide d’un pulvérisateur ou d’un brumisateur. Si possible, installez le chien dans une pièce fraiche, bien aérée. Lors des trajets en voiture, des arrêts fréquents durant lesquels votre chien pourra s’ébattre, à l’ombre de préférence, seront nécessaires. On veillera toutefois à limiter les exercices violents, les balades ou randonnées sous la canicule et on modérera les chiens turbulents. Emportez également de l’eau afin de fournir à votre chien  une bonne hydratation: les pertes en eau par le halètement sont très importantes.
    Surtout, ne laissez pas votre animal sans surveillance dans votre voiture : le coup de chaleur arrive brusquement, même dans un véhicule garé à l’ombre.



    9 commentaires
  •  

    Encore un parasite du chien !

    Pour compléter la série d'articles sur les parasistes du chiens : les vers, les puces et la tique


    Mais qu'est ce qu'un Aoûtat ?

    (ou vendangeurs)

     

    Les aoûtats (Thrombicula automnalis) sont des larves d'acariens qui apparaissent en août (d'ou leur nom). Il est possible de les rencontrer partout en France.
    Présents dans l'herbe des pelouses comme dans les champs, ces minuscules parasites se fixent à la peau de nos compagnons à quatre pattes pour se nourrir de leur sang. Ils prennent alors une coloration orange caractéristique, puis se détachent, et tombent au sol.
    Attention : les aoûtats piquent aussi très fréquemment l'homme !


    Comment savoir si mon chien a des aoûtats ?


    Les aoûtats se fixent à tous les endroits où la peau des chiens est particulièrement fine: entre les doigts, à l'intérieur des cuisses, sur les oreilles, sur les testicules... La zone de dédoublement de la peau au niveau de l'oreille est aussi un endroit très apprécié de ces parasites.
    Pour savoir si votre chien est parasité par des aoûtats, il suffit donc de bien regarder aux endroits indiqués (pattes, oreilles, aisselles…). Un examen minutieux permet d'observer les petits insectes qui forment de minuscules points orange vif souvent rassemblés en amas sur la peau.
    Leur fixation entraîne une démangeaison très importante et des croûtes. Le grattage est si intense que, parfois, les animaux se mettent la peau à vif ou se lèchent frénétiquement pendant des heures. Un des signes caractéristiques de la présence d'aoûtats est le mordillement et le léchage au niveau des pattes.

    Aoûtat



    Que faire en présence d'aoûtats ?


    La plupart des anti-parasitaires externes sont efficaces et tuent les aoûtats.
    Cependant, en raison de la localisation particulière de ces parasites, il est préférable d'utiliser des formes spray que l'on pulvérisera toutes les semaines sur les zones sensibles afin d'augmenter la concentration du produit à ces endroits (entre les doigts, sous les aisselles, derrière les oreilles).

    Les solutions vinaigréés ou le synthol soulage également  le chien  car même après s'être débarasser du parasite la piqure qui démange terriblement peut durer une quinzaine de jour. Dans le cas de démangeaison extrême, il est souvent necessaire de donner de la cortisone ou d'appliquer une crème au corticoïde car le chien risque de se gratter au sang.

     

    Attention ! Après la pulvérisation sur les zones accessibles comme les pattes, prenez garde à ce que votre chien ne se lèche pas dans l'heure qui suit, et n'avale pas l'insecticide !

    Conseil Utile : Pour éviter que votre chien ne se lèche les pattes et n'avale l'anti-parasitaire, effectuez la pulvérisation juste avant le repas ou la promenade. Ainsi, votre compagnon sera occupé à une autre activité pendant que le produit pénètre.

    Ca me gratte ! Non je rigole j'ai pas d'aoûtat !


     


    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique